Publié le

Les piétons-chanteurs et cyclistes-chanteurs en tchèque

Stanislav Pavilek

Les 4 et 11 décembre, les répétitions de l’ECM sont dirigées par Stanislav Pavilek, professeur de chant choral au conservatoire de Montreuil et coach linguistique pour le tchèque. Nous travaillons V přirodě (Dans la nature) de Dvořák.

La langue tchèque

Stanislav nous explique que le tchèque, pratiqué oralement dans les milieux populaires (paysans, ouvriers et artisans), n’a commencé à être écrit et n’est devenu une langue de culture que vers les années 1860. Les poèmes mis en musique par Dvorak sont donc parmi les premiers textes littéraires existant en tchèque. Sous le règne des Habsbourg, la langue officielle était l’allemand. Kafka, par exemple, écrivait en allemand et Smetana a commencé à composer sur des textes en allemand.

Florilège sur la prononciation

Le S slave

Nous apprenons que le S est toujours prononcé SS, sans aucun soupçon de Z dedans. Même quand il est suivi d’un V. Le prénom Svetlana se prononce donc SSvetlana et pas Zvetlana. C’est le S de Slave (on ne dit pas Zlave).

Ce piège se trouve dans plusieurs numéros du Dvořák :
– dans le n° 1, « svitání / svɪ-taː-niː » (mesures 45-46 et 50-51)
– dans le n° 3, « cvrček / tsvər-tʃɛk » (2e couplet mesure 10)
– dans le n° 4, « svět / svjɛt » et « svátečně / svaː-tɛtʃ-njɛ »  (mesures 28, 29, 32, 45 et 47)
– dans le n° 5, « svět / svjɛt », « svatebnímu / sva-tɛb-niː-mʊ », « svíce / sviː-tsɛ » et « světem / svjɛ-tɛm » (mesures 8, 12, 38-42 et 87-88).

Et l’accent tonique est toujours sur la 1ère syllabe du mot.

srdce ???

Ce mot, qui signifie « cœur » en tchèque, est notre bête noire dans le n° 5. Stanislav l’a prononcé \sərdtsɛ\, en faisant d’ailleurs un lien avec sa prononciation en russe et en allemand. Les enregistrements de chœurs (dont au moins deux chœurs de Prague) le chantent \sərdtsɛ\ ou \sərtsɛ\ (le « d » et le « t » étant confondus en un seul « t »).

Quand on vous dit que nous sommes un choeur-atelier, ici, nous faisons de la phonétique par exemple.

Chanteurs à pieds, chanteurs à vélo

Malgré la grève à la RATP (appelée pudiquement « mouvement social » car en effet qui ne s’est  pas donné de mouvement ce 11 décembre pour aller travailler ou répéter ?), 20 courageux chanteurs sont présents à la répétition. Bravo aux piétons, cyclistes et co-voitureurs.

Publié le

V přirodě. op. 63

V přirodě est un cycle de cinq mélodies composé par Antonin Dvořák en janvier 1882. Le texte est issu du recueil Dans la nature du poète tchèque Vítězslav Hálek. Publié en deux parties en 1872 et 1874,  le poète y décrit, dans 172 poèmes, les paysages champêtres de la Bohème centrale, sa région natale :

I Napadly písně duši mou… (Mon âme de chansons est envahie…)
XXXVIII Večerní les rozvázal zvonky… (La forêt du soir a délié les cloches…)
XIII Žitné pole, žitné pole…
(Champ de seigle…)
XI Vyběhla bříza běličká…
(Un bouleau tout blanc a éclos…)
XXXVII Dnes do skoku a do písničky …
(Ce jour de saut de joie en chantant…)

Traduction des titres proposée par Diana Chiron

Portrait de Vítězslav Hálek