Notre projet

Notre identité

Qu’essayons ­nous d’être et de faire ensemble ?

L’Ensemble Claudio Monteverdi se définit comme :
Un chœur amateur – l’ECM réunit des chanteurs amateurs désireux de partager le plaisir de chanter ensemble et engagés dans la construction d’un son et d’une interprétation musicale.
Et un chœur-atelier – d’une part le travail sur la musique y est jugé aussi important que la production de concerts, et d’autre part la progression individuelle et collective de ses membres est l’un de ses objectifs majeurs, à travers une démarche pédagogique originale.
Éclectique mais exigeant – le travail effectué au sein de l’Ensemble et l’apport individuel de ses membres permettent d’aborder un répertoire varié avec un souci constant de qualité musicale.
De taille maîtrisée – la maîtrise de l’effectif des pupitres et de l’équilibre au sein d’un pupitre sont des éléments importants de l’atteinte des objectifs ci-dessus. L’Ensemble considère que 6 chanteurs par voix constituent un minimum pour bâtir un son et situe son idéal par pupitre autour de 10 choristes.

Nos principes

Qu’est-­ce qui nous réunit ?

Le plaisir de chanter – c’est le maître-mot tant en répétition qu’en concert
Le plaisir de progresser – la volonté de chacun de progresser individuellement sur le plan musical nourrit et se nourrit de celle collective du groupe.
Le plaisir de partager – chacun est susceptible d’apporter et de transmettre au groupe des compétences ; l’initiative et les propositions sont encouragées sous des formes diverses : un par voix, ateliers thématiques, conférences, etc.
L’écoute, la bienveillance, l’accueil – ils constituent le cadre convivial au sein duquel la progression tant individuelle que collective peut s’épanouir.
La qualité par et pour le plaisir – le plaisir des chanteurs comme celui du public s’obtient en visant un niveau de qualité dans la musique produite le plus haut possible compte-tenu de notre statut d’amateurs. Il est permis par le souci de chacun de contribuer au résultat de l’ensemble.

Nos formes de travail

 Comment travaillons-­nous ?

Quel est notre rythme de travail ?

Nous travaillons :
Toutes les semaines – la base de notre travail est une répétition hebdomadaire de 2 à 3 heures.
Avant la répétition proprement dite – si le temps de la répétition le permet, sa première heure (« l’heure d’avant » dans notre jargon) est consacrée à des activités musicales ou para-musicales (« mise en » condition pour la répétition, préparation corporelle et vocale, solfège, déchiffrage, commentaire d’œuvre, analyse de partitions, audition de petits ensembles, etc.) Ce sas entre l’activité quotidienne et la répétition proprement dite est animé suivant le cas par le directeur musical ou par des membres de l’Ensemble.
Parfois le week-end – nous y ajoutons un certain nombre de week-ends ou jours entiers (samedis ou dimanches) de travail dans l’année (5 à 6 en général).
Et lors d’un stage annuel – d’environ une semaine.

Selon quelles modalités travaillons-­nous ?

Dans des contextes variés – l’amélioration du son produit par l’Ensemble est recherchée par un travail d’écoute dans des contextes variés (chant à un par voix, chant en pupitres mélangés), et par la recherche d’un son de pupitre avec l’intervention d’oreilles expertes extérieures.
Avec des gens différents – l’Ensemble travaille régulièrement avec d’autres intervenants que son directeur musical titulaire : chefs d’orchestre, autres chefs de chœur, mais aussi intervenants plus spécialisés en langues, déclamation, mise en scène, etc.

Sur quels plans travaillons-nous ?

Sur deux plans :
Collectivement – c’est-à-dire en tutti, mais aussi en privilégiant d’autres formes : parrainage des nouveaux, travail en tandem ou petits ensembles, participation à des programmes alternatifs en autonomie (c’est-à-dire sans chef), etc. Les modalités de travail sont également variées dans cette configuration tutti : pupitres mélangés, travail en pupitres séparés avec des spécialistes extérieurs, par exemple.
Et aussi individuellement – chaque membre est invité à inscrire sa participation à l’Ensemble au sein d’un parcours musical personnel qui peut contenir par exemple des cours de chant, de l’approfondissement solfégique, des stages en dehors de l’Ensemble…

Notre engagement

Quelle relation choriste/chœur au sein de notre ensemble ?

La relation chœur/choriste sur le plan musical ?

Un pour tous, tous pour un

Chaque chanteur au service du chœur – chaque chanteur de l’ECM a la responsabilité de mettre son propre travail musical au service des principes fondamentaux de l’interprétation musicale : principalement le travail du son de l’Ensemble et de l’engagement rythmique.
Une posture de soliste au sein du pupitre – chaque chanteur, indépendamment de ses moyens vocaux, a vocation à les mettre au mieux au service de son pupitre et, à travers celui-ci, du chœur. L’autonomie est une valeur essentielle de l’Ensemble, qui permet à chacun de maximiser son apport au groupe en le basant sur son aisance personnelle vis-à-vis de sa propre ligne de chant. La démarche pédagogique de l’Ensemble vise à favoriser cette autonomie.
Impliquant un certain engagement – cette caractéristique de l’Ensemble implique un certain engagement physique (voix, posture) mais aussi une certaine responsabilité. L’attention, la disponibilité, l’écoute, la participation à l’ensemble du programme proposé en sont des éléments-clefs, ainsi que l’assiduité. Sur ce dernier point, la participation aux concerts pourra ainsi être remise en cause en cas d’absences répétées aux répétitions en tutti ou en pupitres.
La progression compétence/plaisir comme objectif – cet engagement important est récompensé d’une part par le plaisir musical pris ensemble et aussi par la progression collective et individuelle qu’il entraîne. Ceci est renforcé par la solidarité entre les membres de l’Ensemble, directeur musical compris, qui peuvent intervenir comme autant de ressources, en fonction des compétences, au service des axes de progrès perçus par les uns ou les autres comme nécessaires. Cet aspect est renforcé par le fait que les membres sont invités tous les ans à faire le point afin de trouver les moyens, individuellement ou solidairement, de déterminer des axes de progrès.

La relation chœur/choriste sur le plan de la vie du chœur ?

On chante aussi avec ses mains

On fait tous autre chose que chanter pour pouvoir tous chanter – sur le plan organisationnel, l’ensemble des tâches élémentaires nécessaires au fonctionnement de l’ensemble (environ 120 à ce jour) est réparti en groupes homogènes appelés “quartiers” (communication, concerts, logistique, etc.) Chaque membre de l’ensemble est tenu de s’affilier à au moins un quartier pour la saison en cours, le CA veillant à ce que les quartiers soient raisonnablement pourvus en fonction du travail correspondant. L’ensemble des membres affiliés à un quartier constitue dès lors un groupe-ressource susceptible de contribuer aux tâches associées à ce quartier. Un membre du CA est en charge de chaque quartier, il lui revient d’organiser les contributions des différents affiliés à ce quartier en tenant compte des compétences et des disponibilités de chacun.

La vie de notre projet

Comment ce projet évolue-t-il ?

Au même titre que le travail musical, le projet lui-même s’inscrit dans une démarche de progression.
Chaque année, l’Ensemble fait le point sur le texte du projet pour en vérifier son application concrète et ajoute, supprime ou amende tel ou tel aspect.

Ah, oui, un dernier point : en plus de la musique, on aime bien boire, manger, et rigoler (au cas où ce ne serait pas évident à la lecture de ce qui précède).